Un témoignage téléphonique d'une amie originaire de Tskhinval m'a tout à l'heure apporté quelques précisions : la quasi totalité des personnes valides civiles auraient quitté Tskhinval. Les personnes qui demeurent dans les caves sont très majoritairement les blessés et les malades - mais l'aide humanitaire semble enfin arriver.