Le journal Kommersant demeure un des rares média d'opposition souvent très critique vis-à-vis du régime de Poutine.

source : http://www.kommersant.ru/doc.aspx?DocsID=1010329

Dans l'après-midi du 11 août, les troupes géorgiennes ont recommencé à bombarder le territoires de l'Ossétie du Sud et Skhinvali, la capitale de cette république. La veille, le président de Géorgie, Mikhaïl Sakachvili a fait une déclaration concernant l'intention de la république de cesser le feu dans la zone de conflit et a, aujourd'hui déjà, signé une proposition dans ce sens.

C'est Irina Gagloevna, directrice du Comité national de l'information et de la presse, qui a fait état de la reprise des bombardements. Plus tard, cette information a été confirmée par le Ministre de la défense de la Fédération de Russie. Avant çela, le commandement des troupes russes avait annoncé que tous les postes de tir géorgiens se trouvant dans la proximité de Skhinvali avaient été neutralisés.

Par ailleurs, le Ministère de la défense a déclaré, qu'afin de faire cesser les bombardements, les troupes russes mènent une opération sur le territoire géorgien près de la ville de Senaki. D'après un représentant ministériel « les troupes russes de maintien de la paix et les détachements militaires affectés mènent des opérations visant d'une part à empêcher les bombardement de l'Ossétie du Sud et des troupes russes de maintien de la paix par l'artillerie géorgienne, d'autre part à contrer une nouvelle agression de l'Ossétie du sud en s'opposant au déploiement de matériel et de soldats géorgiens.

Rappelons que le soir du 10 août, Mikhaïl Sakachvili a fait l'annonce d'un cessez-le-feu géorgien dans la zone de conflit. « Il nous faut arrêter les combats. Nous n'avons absolument pas besoin de nouvelles actions militaires. Il nous faut les faire cesser et restaurer la paix. Nous déclarons un cessez-le-feu et sommes prêt à signer un engagement de non recours à la force et de cessation des hostilités. Nous sommes prêts, autant que faire ce peut, à faire preuve de souplesse. Nous devons restaurer la paix et arrêter ces meurtres insensés, cruels et absolument inadmissibles. », a-t-il dit lors d'une interview à la chaîne de télévision CNN. Le jour suivant, il a signé une proposition de cessez-le-feu élaborée par des médiateurs internationaux. Sur les ondes de CNN, il a déclaré : «  Nous tâchons de mettre un terme à cela le plus rapidement possible ». Le Ministère des affaires étrangères russe a répondu que « la Russie ne voit pas de sens aux déclarations géorgiennes de cessez-le-feu tant qu'il n'y a pas de réel cessez-le-feu.

Vers 16h00 un détachement avancé d'une colonne du Ministère russe des situations d'urgences est arrivé en Ossétie du Sud avec de l'aide humanitaire. Près de 80 véhicules transportant 54 tonnes de chargement humanitaire, ainsi que des sauveteurs ont été envoyé dans la République. Par ailleurs, comme l'a déclaré lors d'un briefing l'adjoint au dirigeant du Ministère des situations d'urgence, Rouslan Tsalikhov, « dans les jours à venir, autrement dit aujourd'hui, demain et après-demain, nous fournirons encore 150 tonnes de chargement, dont 124 tonnes de vivres, trois stations d'épuration d'eau et 13 stations électriques ambulantes ».