L'article suivant est paru sur le site Nouvelles d'Arménie.

L’Arménie a invité vendredi à régler le conflit osséto-géorgien sur la base de la "libre expression de la volonté" populaire, tout en évitant une solution musclée.

Les événements en Ossétie du Sud "ont montré que les conflits de ce type doivent être réglés sur la base de la libre expression de la volonté des peuples en quête d’autodétermination, sinon nous assistons inévitablement à des nettoyages ethniques et à des violations du droit international humanitaire", a affirmé le président arménien Serge Sargsian, cité par son service de presse, en recevant à Erevan les ministres de la Défense de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC).

Selon M. Sargsian, l’Arménie avait mis en garde à maintes reprises contre le danger que représentaient le renforcement sans précédent du potentiel militaire de certains pays de la région et les tentatives de règlement musclé des conflits.

"Je suis persuadé que le règlement militaire des conflits est sans avenir, que les événements dans le Caucase du Sud auront un effet dégrisant sur les nostalgiques des solutions musclées", a-t-il souligné.

Le président arménien a salué le plan de paix Medvedev-Sarkozy, en six points, qui facilitait le règlement "durable" du conflit osséto-géorgien.

M. Sargsian a par ailleurs exprimé sa préoccupation par la "catastrophe humanitaire" dans la zone du conflit et s’est déclaré disposé à l’ouverture d’un corridor humanitaire en Arménie pour secourir les victimes du conflit.

Les ministres de la Défense de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) se sont réunis vendredi à Erevan. L’OTSC, dont l’Arménie assume actuellement la présidence tournante, regroupe l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, la Russie et le Tadjikistan.

L’armée géorgienne est intervenue dans la nuit du 7 au 8 août dernier en Ossétie du Sud, une des deux républiques sécessionnistes qui revendiquent leur indépendance par rapport à la Géorgie. Elle a pilonné Tskhinvali, la capitale, à coups de lance-roquettes multiples Grad, détruisant la ville et tuant 1.492 civils, selon les autorités sud-ossètes. La Russie a riposté par une opération militaire de grande envergure visant à contraindre la Géorgie à la paix, que certains responsables politiques occidentaux ont qualifiée d’usage disproportionné de la force armée.

Source Nouvelles d'Arménie : http://www.armenews.com/article.php3?id_article=43927