Voici la première partie du concert donné par Valery Gergiev, directeur du Théatre Marinsky de Moscou et chef d’orchestre ossète mondialement reconnu (dirigeant notamment le London Symphony Orchestra ) - elle est précédé d'un discours en russe puis en anglais adressé au peuple ossète et à la communauté internationale.

http://www.youtube.com/watch?v=uoZ06uBE4rQ&feature=related

Voici la seconde partie :

http://www.youtube.com/watch?v=7rJwVgE0NMU&feature=user

Le discours de Gergiev  est repris ici mais avec des images d’avions au-dessus de Tskhinvali montrant l’étendue des destructions de la ville (à partir de 3'24). Ces images méritent d'être vues pour comprendre ce que fut ll'attaque géorgienne.

http://www.youtube.com/watch?v=KwoDW4cTYyw

Jeudi 21 août, le chef d’orchestre russe d’origine ossète Valery Gergiev, directeur artistique du théâtre Mariinski (ex-Kirov) de Saint-Pétersbourg depuis 1996, dirigera son orchestre sur la grande place centrale, devant le bâtiment du parlement ossète détruit par les bombardements.

Né en 1953 à Moscou de parents ossètes, Gergiev a soutenu l’opération militaire russe en Ossétie du Sud, destinée selon lui à « mettre fin au génocide » fomenté par Tbilissi. « Il n’y a pas de pardon à (...) celui qui a donné l’ordre » de bombarder Tskhinvali, a-t-il dit, sur l’antenne russe de la radio BBC.

« En Russie, en Europe et en Amérique je dirai ce dont je suis sûr : si je n’avais pas su ce qui s’est passé réellement la première nuit (du conflit), je n’aurais jamais risqué ma réputation », a encore dit Valery Gergiev, ajoutant que certains de ses amis ossètes « ont perdu cinq membres de famille » à la suite des bombardements géorgiens de Tskhinvali dans la nuit du 7 au 8 août.

Directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam en 1995 et premier chef invité du Metropolitan Opera à New York en 1998, Gergiev dirige depuis janvier 2007 l’Orchestre Symphonique de Londres, ayant succédé à ce poste à Colin Davis.

SOURCE : http://www.qobuz.com/info/Qobuz-info/Curiosites/Gergiev-joue-pour-l-Ossetie15718

C'est sans doute aux yeux de l'OTAN la méthode légitime d'un pays démocratique pour récupérer un territoire séparatiste. Mais un jour, le monde devra bien se rendre compte que comme le disait hier Valery Gergiev: la tragédie est à Tskhinvali, pas à Tbilissi.